Facebook

Message d’autorité du passé 2/2

Message d’autorité du passé
ou messages contraignants
ou drivers

Tais Toi

Nous avons pu apprendre que prendre la parole n’est pas sécure pour nous.
Nous avons pu entendre « arrête de te faire remarquer », « ne réponds pas », « ne parle pas pour ne rien dire », « laisse parler les grands… »
Nous avons développé comme croyances « prendre la parole me met en danger », « Les autres peuvent me juger, juger ce que je vais dire », « je n’ai rien à dire d’intéressant » voir « je ne suis pas intéressante »…

Lorsqu’il est équilibré, nous sommes plutôt bon observateur, à l’écoute
Lorsqu’il y a un déséquilibre, nous n’osons même plus donner notre avis et parfois nous sommes étonné quand on nous le demande. Nous ne cherchons pas à nous mettre en valeur.

Pour contrer ce message, nous devons partager ce que nous pensons, l’exprimer. Même si la parole n’est pas notre moyen d’expression favori, nous devons nous entraîner pour peu à peu arriver à dire les choses simplement. Nous devons aussi oser se mettre en valeur selon nos goûts, nos envies, nos besoins.

Attends

Nous avons pu apprendre que nous n’avons pas la priorité, que nous devons attendre notre tour. Nous avons peur de prendre la place de quelqu’un d’autre.
Nous avons pu entendre « ne bouge pas », « laisse passer les gens », « attends moi là », « reste là, j’arrive »…
Nous avons développé comme croyances que les autres savent ce qui est bien ou pas donc nous devons attendre leur aval avant d’agir. Notre tour viendra, un jour….  il suffit d’être patient !!!

Lorsqu’il est équilibré, nous sommes plutôt patient, réfléchissons avant d’agir
Lorsqu’il y a un déséquilibre, nous sommes dépendant de l’aval des autres pour agir, fataliste, victime, avons le sens du sacrifice. Nous évitons de nous mettre en avant, de passer à l’action, avons de grands rêves,

Pour contrer ce message, nous pouvons passer à l’action de façon autonome, de petites actions dans un premier temps, mais attention à aller au bout sans attendre la validation de qui que ce soit d’autre que nous.

Sois Sage

Nous avons pu apprendre qu’en suivant les règles et en répondant aux attentes des autres, nous serions récompensé. Nous avons appris à ne pas créer de conflits

Nous avons pu entendre « si tu es sage, tu auras… », « sois poli et écoute ce qu’on te dit », « n’embête pas les gens »…
Nous avons développé comme croyances que si nous suivons les règles, faisons les choses bien comme il faut il ne nous arrivera rien (punition)

Lorsqu’il est équilibré, nous sommes plutôt calme, respectueux des règles, conformiste, appliqué, discipliné
Lorsqu’il y a un déséquilibre, nous avons du mal à sortir du cadre, laisser place à notre créativité, nous nous bridons nous-mêmes.

Pour contrer ce message, nous devons sortir des sentiers battus, faire de nouvelles choses régulièrement, voir de nouvelles personnes.Changer nos habitudes, nos routines

Pas Assez

Nous avons pu apprendre que nous appartenons au monde du « petit » et non au monde du « grand ». Quoi que fassions nous respectons notre monde et dévalorisons nos illusions d’un monde plus grand.
Nous avons pu entendre : « c’est déjà bien pour toi, mon pauvre », « t’as pas de chance, c’est plus facile pour les autres »…
Nous avons développé comme croyances que nous devons rester petit, à notre place, qu’il ne faut pas se faire d’illusion, la réussite, c’est pour les autres

Lorsqu’il est équilibré, nous sommes plutôt discret, ne faisons pas de vague
Lorsqu’il y a un déséquilibre, nous faisons tout pour rester à notre place, pour ne pas sortir du lot, abandonnons facilement, voir n’essayons pas. Nous sommes défaitiste.

Pour contrer ce message, nous devons prendre des responsabilités, accepter les compliments, valoriser ce que nous avons à faire grandir.

Laisse Faire

Nous avons pu apprendre à laisser autres faire les choses à notre place.
Nous avons pu entendre « Laisse moi faire », « si c’est pour faire ça ce n’est pas la peine », « tu fais toujours les choses à moitié, t’es bon à rien ».
Nous avons développé comme croyances « Je laisse faire les autre car je ne suis pas capable, je n’ai pas le savoir-faire nécessaire », « Mieux vaut ne rien faire que de faire des erreurs ».

Lorsqu’il est équilibré, nous aimons travailler en équipe, cherchons la coopération, lâchons prise facilement
Lorsqu’il y a un déséquilibre, nous avons tendance à nous reposer sur les autres pour les initiatives ou les décisions. Nous n’avons pas de vision, pas d’objectif, un manque de motivation

Pour contrer ce message, nous devons nous aventurer dans de nouvelles expériences, nous forcer à participer.

Comment en prendre conscience ?

S’observer et repérer nos comportements récurrents.
Se rappeler les phrases que nous avons souvent entendues dans notre enfance ou que nous nous sommes dit pour nous conformer à ce que nous pensions que les adultes attendaient de nous.

Quelles qualités j’aime le plus chez les autres ? Quels défauts je ne supporte pas ?
Comment je me comportais pour me faire aimer ? Est ce que je les reproduis toujours ces comportements ?
Est-ce que cela a engendré des croyances chez moi ?
Mes valeurs ne seraient elles pas basées sur ces croyances ?
Est ce que je fais, toujours, aujourd’hui des efforts pour être aimés des autres ?

Il va de soi que nous avons pu nous en imposer plus d’un. Nous avons développé plusieurs comportements pour nous adapter à plusieurs adultes qui constituaient notre entourage. Nous avons rencontré de nombreuses situations différentes également.

Ils ont un côté positif et un côté négatif. Ils ont à la fois des forces et des faiblesses. Il faut se rappeler qu’à la base ils viennent de comportements que nous avons mis en place pour assurer notre survie.
Dans leurs forces résident nos potentiels. Donc il faut cultiver ce coté.
C’est lorsqu’il y a un déséquilibre que la force devient faiblesse et entrave nos avancées.

Comment palier ?

En se donnant des autorisations : « Tu as le droit de (là on va contre le driver) »
En faisant des actions qui, pour nous, sont contre intuitives et voir
comment réagit l’entourage ?
comment on se sent avec ça ?
quelles conséquences réelles en découlent ?
Nous pouvons également nous faire aider et travailler sur nos croyances qui sont liées à ces drivers.

 

Le but n’est pas de les éradiquer mais de les rééquilibrer.
N’oublions pas qu’ils sont utile !

A lire également…

Les liens d’attachement

Les liens d’attachement

L’attachement : comment se forment les liens affectifs ? L'attachement est le lien affectif et social que nous développons envers l'autre personne.Selon Edward John Mostyn Bowlby, psychiatre, psychanalyste britannique, c'est « un équilibre entre les comportements...

lire plus
Nos talents !

Nos talents !

Un talent est quelque chose d'inné chez nous : quelque chose que l'on fait bien, facilement et qui ne nous demande pas d'effort. Nous pouvons perdre la notion du temps lorsque nous l'utilisons. Cela nous rend unique Nous sommes dans notre talent lorsque nous associons...

lire plus
Nos limites !

Nos limites !

Que sont nos limites ? Nous nous sommes forgés à travers nos relations, notre éducation, nos expériences, notre façon de voir et de ressentir les choses. Nous avons, donc, tous une perception de la réalité différente !Aucun de nous n'avons les mêmes limites. La...

lire plus