Facebook

Attachement insécure : attachement évitant, ambivalent et désorganisé 2/2

L’attachement insécure évitant

Dans une situation inconnue, les personnes ayant développée un attachement évitant vont montrer un contrôle excessif de leur émotions.
Ils en arrivent à se couper de leurs ressentis corporels ainsi que de leurs émotions (trop difficile à gérer). Ils ne vont pas partager leur enthousiasme. Ils vont exprimer leur colère, leur frustration par l’évitement. Ils vont, quoi qu’il arrive minimiser les signaux de stress, de négativité dans le but de ne pas être rejeté.
Le stress risque de se chroniciser et de modifier leur physiologie. Ils « décalent » leur homéostasie et cela entraîne des répercussions sur leur santé.

Ils vont montrer quasiment le même comportement avec la figure d’attachement qu’avec une figure étrangère. Les enfant «insécure évitant» ne vont peu partir en exploration et ce peu importe quel adulte sera là.
Ils semblent imperturbables, Mais c’est un masque de détresse intérieure !
Une fois adulte, ils vont se montrer très indépendant, éviter l’attachement ! En faisant taire leurs sentiments, ils pensent gérer le risque de rejet. Ils gardent donc une distance entre eux et les collègues, les amis, le conjoint…
Ils vont avoir tendance à rechercher des relation idéalisées, donc non réalistes, ils sont donc toujours déçu par les autres, ils ne peuvent leur faire confiance !

En recherche permanente ou presque du lien mais dominé par la peur du rejet, ils bloquent toute relation ! Et gardent ces déceptions, ces frustrations en plus du stress permanent. Ils en viennent à somatiser, c’est là que commencent les douleurs, les problèmes de santé !

Comment le reconnaît-on ?

→ Lors des premiers contacts avec la figure d’attachement, celle-ci est apparu peu disponible ou détachée par rapport aux besoins de l’enfant.
→ L’enfant n’arrive pas à développer une base de sécurité avec sa figure d’attachement principale.
→ Lors des séparations, l’enfant ne tente pas de retenir sa figure d’attachement mais dissimule sa détresse émotionnelle en s’accrochant à l’environnement.
→ Au retour de la figure d’attachement, l’enfant montre un comportement indifférent et évite le contact
→ Afin de mieux gérer ces situations, l’enfant se coupe de son système d’attachement, de ses émotions et se tourne vers l’exploration. Il devient précocement autonome. C’est sa stratégie de survie !
→ Il devient un adulte détaché, non à l’aise avec les relations intimes, anxieux avec les rapprochements. Toute relation avec autrui est perçue comme une proximité plus ou moins menaçante car le risque de rejet semble significatifs ! Ils n’ont pas confiance en l’autre et donc évitent toutes relations !

De plus, ils peuvent avoir tendance à développer des comportements qu’ils pensent attendus par les autres. Ils peuvent jouer un rôle en permanence en développant un masque. Ils ne peuvent pas être eux même, donc fuient les relations !
Certains constatent que les personnes hypersensibles qui ont plus d’émotions, les ressentent plus forte ont une plus grande tendance à développer ce type d’attachement que la moyenne. En effet les émotions sont trop difficiles (en comparaison à ce que ressentent les autres qui ont des ressentis plus modérés). Elles auraient tendance à verrouiller et donc faire des blocages.

coach,  coaching,  accompagnement, développement personnel, blog, attachement insécure, lien, liens d'attachement, attachement évitant, attachement ambivalent, attachement désorganisé<br />
sécure

L’attachement insécure ambivalent

Un attachement insécure ambivalent (ou résistant) s’est développé lorsque l’enfant n’a pas trouvé de solution efficace pour obtenir les réponses attendus de la part de la figure d’attachement malgré différentes tentatives. Les réponses aux attentes ne sont pas toujours cohérentes ou appropriées.

Les bébés qui développent cet attachement sont en recherche de contact permanent. La présence de la personne qui prends soin de lui ne suffit pas à le rassurer !
Les phases de séparations sont exagérément stressantes. Au retour de la figure d’attachement, la réaction peut être « violente » avec une grande tension musculaire, des pleures, une colère, aucun signe de contentement, de sympathie. Ces manifestations vont à l’encontre de l’obtention du réconfort attendu.
La relation de confiance entre lui et son « protecteur » n’est pas présente, il ne peut se sécuriser. Les manifestations intense du stress attirent l’attention de la figure d’attachement mais les réponses ne sont pas toujours à la hauteur de ce qui est attendu.
Il ne peut explorer son environnement car trop préoccupé par la recherche du contact avec sa figure d’attachement.
L’enfant tolère peu la frustration a donc tendance à augmenter l’expression de ses émotions.

Une fois adulte, ces personnes vont rechercher des relation avec un haut niveau d’intimité. Ils ont besoin d’approbation, de réponse de la part des autres. Ils sont dépendant. Ils n’ont pas confiance en eux, plutôt pessimiste quant à l’issue de la relation. Ils vont avoir tendance à beaucoup exprimer leurs sentiments, leurs soucis.

Comment le reconnaît-on ?

 → Les réactions de la figure d’attachement ne son pas prévisibles et parfois incohérentes. Elle peut ignorer l’enfant comme réponde à ses besoins. Elle peut se montrer disponible ou le rejeter.
 → Lors des séparations l’enfant exprime sa détresse et ne peut être rassuré
 → Au retour de sa figure d’attachement il va à la fois chercher le contact et montrer son fort mécontentement, voir sa colère. Il se remet difficilement de l’angoisse de la séparation et a des difficultés à contrôler ses émotions
 → Une fois adulte, il va être en recherche de contact permanent avec son partenaire amoureux et va réagir fortement aux retards de réponses ou pire aux non réponses !
 → Il est dépendant et a constamment peur d’être abandonné
 → Ayant une faible confiance en lui, il a besoin de l’approbation des autres, voir du jugement des autres pour savoir ce qu’il vaut.

coach,  coaching,  accompagnement, développement personnel, blog, attachement insécure, lien, liens d'attachement, attachement évitant, attachement ambivalent, attachement désorganisé<br />
sécure

L’attachement désorganisé

Cette forme d’attachement désorganisé/désorienté n’est décrit que depuis les années 1990 par Mary Main (psychologue et professeure d’université américaine) et Judith Solomon (psychologue américaine).

Cette forme d’attachement est associée à des comportements de la figure d’attachement perturbés et effrayants pour l’enfant. Il vit alors des situations de grand stress et de conflit qu’il ne peut pas solutionné car l’adulte qui est sensé le protéger est source de peur. Pour se protéger, il fuit la personne sensée être source de protection !
Il en ressort que l’enfant présente des comportements contradictoires et incohérents et «n’entre» dans aucun des 3 types d’attachement connu jusque là.
La majorité de ces enfants vont renverser la situation et inverser les rôles parent-enfant. Cela peut se faire de façon punitive ou dans la bienveillance et il y a confusion des rôles aussi bien pour l’adulte de référence que pour l’enfant.
Ce type d’attachement est particulièrement présent chez des enfants maltraités.
Une fois adultes, ils ont du mal à établir des relations satisfaisantes : ils se sentent indigne d’être aimé, ont tendance à se méfier des autres, de l’autre. Ils souhaitent la proximité mais cela les rends mal à l’aise.

Comment le reconnaît-on ?

Ce type d’attachement ayant été découvert que récemment il reste mal connu.
 → Dans une situation inconnue, les enfants présentent des réactions imprévisibles et non caractéristique des autres types d’attachement. Ils ont des attitudes contradictoires.
 → Chez l’adulte ces comportement contradictoires ne sont pas compris par l’entourage.
Ils ne font confiance à personne, doute des paroles, des attitudes des autres et peuvent même devenir agressif mais ils ont besoin de proximité.
 → Ils ont une faible estime d’eux même, ont le sentiment d’être inadapté dans le regard des autres, ils sont généralement très anxieux voir dépressif et incapable de gérer un grand stress.
 → les enfants insécures évitant ou ambivalent ont mis en place une stratégie pour palier à l’inefficacité des réponses apportées par l’adulte. Là, il n’y a pas de stratégie organisée, prévisible.

Ce type d’attachement se construit dans des contextes marqué par la frayeur, le traumatisme (alcool, drogue, abus sexuels, violence physique ou verbale…), le décès de la figure d’attachement dans les premières années de l’enfant. L’adulte est incapable de répondre de façon adéquate aux besoins de l’enfant.

A lire également…

Attachement insécure : Pistes de travail

Attachement insécure : Pistes de travail

Le schéma d'attachement n'est pas inné mais appris et peut varié tout au long de notre vie. Nous pouvons le modifier ! Se faire accompagné par un professionnel va faciliter le travail voir peut être indispensable. Il faut être prêt à consacrer du temps et de l'énergie...

lire plus
Lien d’attachement sécure

Lien d’attachement sécure

Lorsque l'enfant reçoit des réponses adéquates, cohérentes et rapide à ses « demandes », il développe une base de sécurité et une image plutôt positive de lui-même. Il peut alors s'éloigner en toute sécurité de sa figure d'attachement pour explorer son...

lire plus