Facebook

Le Dorsal

État de figement dit « hider » ou « freeze »
La partie « Dorsale » (ou postérieure) du Nerf Vague est connectée aux organes sous diaphragmatiques

La personne à dominante Dorsale est plutôt calme, solitaire, se préserve, discrète.
Elle se dit souvent : « je n’y arriverai pas », « ce n’est pas fait pour moi », « je ne suis pas assez… »
Elle se victimise, culpabilise beaucoup ce qui la conduit à se tenir à l’écart des autres

Si elle est confrontée à ses peurs, elle se cache et attend que ça passe. Le but éviter de souffrir du jugement, de l’échec. Il lui est plus facile de ne rien faire tout en se justifiant par un « je n’ose pas, je suis timide » plutôt que de tenter quelque chose qui va la confronter à ses peurs

C’est une personne qui va avoir du mal à entamer la conversation, parler d’elle, parler devant les autres… Elle peut arrêter de rêver car elle est défaitiste. Elle ne va prendre aucun risque, par peur des conséquences. Elle pourrait avoir honte, culpabiliser…. Et cela n’est pas envisageable pour elle. Elle vit au ralenti, effacée. Elle se cache, cherche à se fondre dans le paysage (animaux à sang froid) évite de se faire remarquer.

Les messages d’autorité du passé du Dorsal

dorsal, figement, figer, TPV théorie polyvagale, coach, coaching, accompagnement

→ Laisse faire, laisse moi faire => La personne a appris qu’on faisait les choses à sa place donc, elle laisse la responsabilité aux autres des expériences qu’elle vit : elle va compter sur eux pour prendre les initiatives, des décisions. Elle se dévalorise face aux autres.
→ Tais-toi : on nous a souvent répété « tais-toi, laisse parler les grands ». Elle a appris que prendre la parole pouvait le mettre en insécurité (soit on jugeait ce qu’elle a dit, soit on l’a empêché de s’exprimer). Elle a donc appris qu’il était préférable de se taire.
→ Attends : De part les comportements des adultes qui l’entouraient quand elle était enfant, elle a appris qu’elle n’avait pas la priorité, qu’elle devait attendre son tour. Donc, elle attend, ne bouge pas.

→ Sois sage : C’est le modèle de la récompenses : « si tu es sage tu aura une récompense ». Donc, elle suis les règles, répond aux attentes des autres en espérant qu’il ne lui arrive rien de mal puisqu’elle  »fait tout bien comme il faut ».
→ Pas assez, peut mieux faire. On lui a souvent rappelé d’où elle venait est elle en a conclu qu’elle devait y rester qu’il n’était pas possible d’évoluer, de progresser. Elle a donc tendance dévaloriser ce qu’elle fait, ce qu’elle sait…
Cela se manifeste par une peur de déranger ou d’être dérangé.

Les situations ou le dorsal s’active :
  Un trauma
psychologique : perte d’une personne chère, rejet, abandon, injustice…
physique : accident ou opération chirurgicale
va entraîner un sentiment d’impuissance
Elle va se figer.
Pour libérer le corps, on a besoin de dé-figement (mouvement réel ou visualisé). Les animaux vont avoir des tremblements, mouvements désorganisés et saccadés avant de pouvoir repartir. Nous pouvons utiliser les massages pour bouger les fascias.

Un burn out :
La personne a épuisé toute l’énergie du corps en luttant, en essayant d’en faire plus et encore plus et toujours plus.
→ soit en dépensant trop,
→ soit en n’en génèrant pas assez.
Le corps n’a plus assez d’énergie pour fonctionner. Le système parasympathique stoppe le corps : il priorise la survie.

dorsal, figer, coach, figement, coaching, accompagnement, TPV, théorie polyvagale

Le burn out est vécu par le corps comme un trauma, donc s’inscrit dans les mémoires du le corps. On risque donc d’être stoppé dès que le système nerveux va voir des similitudes dans notre fonctionnement.
Pour se libérer
→ soit on passe en mode Sympathique Fuyant mais on risque l’échec
→ soit on s’informe pour comprendre son fonctionnement, comment il s’est mis en place. Une fois qu’on en a pris conscience, on peut libérer par le corps en développant son Vagal Ventral.
→ soit on décharge l’énergie du trauma en adoptant un comportement Sympathique Agressif et on repart à l’action +++ (phase de colère dans un deuil)

A lire également…

Comment gérer un faux self qui prend trop de place ?

Comment gérer un faux self qui prend trop de place ?

Comment savoir si nous avons un faux-self qui prend trop de place ? Une fois adulte, il fait parti de nous, difficile de le déceler, il est notre comportement.Nous pouvons avoir l'impression que personne ne nous connaît vraiment. C'est normal car nous ne sommes pas...

lire plus
Faux self / masque(s)

Faux self / masque(s)

Le vrai-self, qui nous sommes vraiment. C'est arriver à mettre la bonne distance entre nous et l'autre et adapter notre comportement à la situation tout en restant le plus possible fidèle à nous-mêmes. Nous nous adaptons en fonction de notre interlocuteur, de...

lire plus
Attachement insécure : Pistes de travail

Attachement insécure : Pistes de travail

Le schéma d'attachement n'est pas inné mais appris et peut varié tout au long de notre vie. Nous pouvons le modifier ! Se faire accompagné par un professionnel va faciliter le travail voir peut être indispensable. Il faut être prêt à consacrer du temps et de l'énergie...

lire plus